Inspiration: Le Val d’Oise sous émulsion.

L’inspiration du jour nous vient de Benjamin. Il photographie le Val d’Oise en Argentique ! 
Voici sont instagram pour retrouver ses images argentique: @benjaminus_argentique

 

le valdoise en argentique benjamin arias

Voilà presque 7 ans que je pratique la photographie, je ne m’y étais jamais vraiment intéressé avant ça, j’avais de la curiosité quand je voyais des gens avec leur reflex et puis un jour, j’ai décidé de me payer un reflex numérique, sans même savoir ce que j’allais en faire,
et ça m’a immédiatement passionné !! 
Depuis ce jour, je me suis toujours efforcé d’en apprendre le maximum et d’explorer des domaines qui m’intéressaient. J’ai toujours été fasciné par les animaux et les beautés naturelles du monde, je suis très vite arrivé à la photographie de nature. Et puis dans ma quête grandissante d’apprentissage j’ai un jour emprunté le reflex argentique de mon père, et j’ai pas mal accroché, mais je n’étais pas encore prêt, je crois, et à part faire une pellicule par an, je n’ai pas cherché plus loin.

Ce n’est que récemment que je me suis vraiment investi dans l’argentique, j’ai cherché de nouveau appareils en brocante pour décorer mon intérieur mais également pour les utiliser et photographier avec. L’aspect technique m’intéresse assez peu en photographie argentique,
je préfère me concentrer sur un rendu, une lumière et une émotion. Bien sûr je préfère une image nette, mais ce n’est pas l’essentiel.
J’ai vite « l’impression » de faire de l’art, là ou en numérique j’ai plus l’impression de faire du reportage noyé dans un flot d’images illimités.
J’aime ce côté artisanal, la magie de la photo qui apparait sur le négatif.
En numérique ma seule pratique pour le « plaisir » est la photo de nature au sens large, j’aime autant les paysages, que la macro ou l’animalier. Je suis un peu un touche à tout dans ce domaine dans le sens ou tout m’intéresse, et ma passion grandissante pour l’argentique m’amène forcement à la nature avec une approche encore différente de ce que je faisais en numérique. Ici, je n’ai pas investi dans du gros matériel, je fais donc avec ce que je trouve sur les brocantes. Le rendu me surprend souvent, par la dynamique des pellicules par rapport aux capteurs numérique, par le grain des photos, les couleurs ou les contrastes… Mais également parce que cela me semble plus « précieux » quand c’est réussi qu’avec un RAW numérique. 

Bref, en ce moment j’arpente le Val d’Oise à la recherche de nouveaux paysages, de nouvelles perspectives nature.
Prochaine étape avant la rentrée, viser l’autonomie sur la partie développement des négatifs à la maison en noir et blanc pour commencer puis en couleur pour compléter l’expérience.
Je vous laisse ici avec quelques photographies réalisées cette année avec les trouvailles de la saison 2020.

le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias
le valdoise en argentique benjamin arias

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *